La Peur du Sage

Tome 2 de Chronique du Tueur de Roi

Donnez votre avis sur ce livre

Lyoris, le 6 septembre 2013 à 19h09

Second tome beaucoup mieux que le premier. Enfin un peu d'action et moins de blabla inutile.

Il est vrai que j'ai un peu de mal avec Kvothe mais les personnages secondaires sont vraiment excellent.

Mais Bon quoi qu'il arrive j'adore le style d'écriture de Patrick Rothfuss et je continuerais à lire jusqu'au bout.

tkl, le 6 septembre 2013 à 18h43

gordien a écrit :

Du coup, je n'aime pas Kvothe.

Avis partagé wink Bien que le Kvothe qui raconte semble bien loin de celui de l'aventure. ..

gordien, le 6 septembre 2013 à 15h30

Bon...on va encore me traiter de ronchon mais c'est loooooong....et parfois même chiant...
Mais Rothfuss écrit très bien.

Et puis les héros à qui tout réussit, qui triomphent de toutes les épreuves que personne avant eux avait réussi, qui comprennent tout au moment qui va bien...ben ça me gave.

Du coup, je n'aime pas Kvothe.

Voilà.

Je sais, c'est pas très construit comme avis, mais je viens juste de finir le 2ème tome et c'est un avis à chaud.

Mickuss, le 12 juin 2013 à 18h17

J'ai terminé la partie 1 de ce tome la semaine derniere.
Ça m'a vraiment fait plaisir de retourner dans ce monde, retrouver Kvothe, ses amis, ses aventures, son quotidien pas toujours facile etc...

Bon pour l'instant ce n'est qu'un demi tome, mais je suis plutôt satisfait, l'intrigue fait son bonhomme de chemin (pas trop vite et ça me va, je ne voulais pas d'une accélération brutale qui contrasterait trop avec le Nom du Vent). Sortir de l'Université donne un petit "vent" de fraicheur à ce livre.

Toujours aussi fan d'Elodin (mais j'ai peur de ne plus trop le voir désormais sad )

Vraiment hâte d'avoir des révélations supplémentaires sur les Chandrians, les Faes, et aussi cette "foutue-porte-fermée-des-Archives-qu'on-veut-savoir-ce-qui-se-cache-derrière".

J'attends donc la fin juin pour la sortie brochée de la partie 2 smile

tkl, le 29 avril 2013 à 20h06

lol C'est effectivement une approche intéressante mais osée de cette saga ironique
J'avais trouvé le 2 un peu moins prenant à la première lecture mais il apparaît aussi que l'auteur a truffé son récit de pépites.
Je ne doute pas que la lecture du tome 1 devrait te plaire malgré ton auto spoilage...

Ariane, le 29 avril 2013 à 16h15

rire Désolée mais tu m'as beaucoup fait rire big_smile
Plus sérieusement, c'est dommage que tu aies commis cette erreur, j'ai trouvé beaucoup de passages magnifiques dans le premier tome, et je me demande si savoir la suite n'en enlève pas un peu le charme... Cela dit tu devrais savourer tout de même wink
D'après le petit aperçu que j'ai eu de tes goûts, je ne serais pas plus surprise que ça si cette oeuvre ne figure pas parmi tes préférées (sans en nier une seule seconde la qualité mais juste selon la personnalité et les attentes de chacun), mais c'était incontestablement à découvrir smile Bonne lecture pour le premier !

Arakasi, le 29 avril 2013 à 16h03

Je me fais l'impression d’être un imbécile (heureux certes, mais bon  tongue).
J'ai acheté La Peur du Sage (1ère partie) en étant persuadé qu'il s'agissait de la 1ère partie d'un roman/diptyque/... Bref, de la 1ère partie d'un cycle... Bon, ben c'est le Tome 2 en fait... Je pense que ça explique en partie mon avis mitigé sur ce livre. hmm

J'avais trouvé qu'il manquait des explications sur le "background", l'univers, tout ça... Tout s'explique!  ironique
La lecture de ce tome 2 (puisqu'il s'agit de ça apparemment... où ? ) m'a laissé une impression assez moyenne.
Le coup du récit des aventures par l'auteur a posteriori, j'accroche pas. On sait déjà qu'il va survivre  roll
Le personnage m'a rappelé un Fitz Chevalerie, en moins dépressif  wink. J'ai trouvé l'histoire globalement assez lente, avec beaucoup de petits trucs, mais rien de concret. Dans une bonne partie du roman (les 500 premières pages), il ne se passe rien de vraiment important. Quelques gamineries et intrigues secondaires, mais bon... Étant persuadé qu'il s'agissait d'un premier tome, je me suis dit demandé quand il allait se passer quelque chose! Le préambule paraissait prometteur et j'ai espéré qu'un ancien héros allait reprendre un peu de service tout en narrant ses aventures passés...  roll
Le préambule à l'auberge m'a happé (faut dire que c'est bien écrit aussi  smile), mais le reste des "interludes aubergistiques" m'a paru très mal amené, comme un cheveu dans la soupe  siffle

Avis mitigé au final, mais à nuancer à cause de mon erreur monumentale (qui n'est pas la première du genre en plus...  lol). C'est globalement bien écrit, même s'il ne se passe pas grand chose d'important dans la première partie du tome (qui sert à se faire une idée du personnage).

A voir si mon avis change après la lecture du premier tome  smile

Rikka, le 18 avril 2011 à 15h56

Héhé, j'ouvre donc le bal concernant les compte-rendus sur The Wise Man's Fear big_smile

Enfin je prends le temps de critiquer quelque peu ce pavé que j’ai fini il y a déjà plusieurs semaines. Tout d’abord un petit mot de la lecture en anglais : après un petit nombre de VO à mon actif, j’ai tout de même trouvé cet opus pas très facile à tordre sur certain de ses aspects. Non pas que ce soit la croix et la bannière pour le lire (la preuve, en un peu plus d’une semaine de lectures occasionnelles, je l’avais torché siffle ange), mais plutôt que sur quelques passages, il fallait s’y prendre à tête reposée et un bon dico à portée de main. De là subsistent peut-être des incompréhensions de ma part. Une relecture une VF s’imposera d’elle-même (ou une seconde en VO).

Après ce petit point, passons au contenu même de ce pavé tant attendu. L’histoire reprend d’une manière similaire au premier tome, toujours avec l’introduction de ces 3 silences enchanteurs comme une pique faite au lecteur, et un moyen sûr de le happer de nouveau dans cet univers fabuleux. L’intrigue fait directement suite à celle que nous avions précédemment quittée, en retrouvant de ce fait nos héros tels que nous les avions laissés. Nous voilà ainsi reparti pour une seconde journée de narration, de retour sur un passé que Kvothe a bien longtemps enfoui au plus profond de lui, oublié pour se forger une nouvelle identité. Nous quittons alors la petite auberge pour s’enfoncer toujours plus profondément dans la jeunesse du semi-Dieu déchu.

La première impression qui en ressort alors, c’est que bien que l’auteur reste des plus fidèles à son style, l’histoire s'offre à nous beaucoup plus mature, à l’image de notre héros qui découvre peu à peu toutes les saveurs, douces et amères, qu’offre la vie. Beaucoup moins de rythme également dans ce roman (de mon point de vue). On pourrait alors le qualifier de « transition » entre l’enfant qu’il était et l’homme qu’il est devenu. Nous en apprenons alors davantage sur ce qui a contribué à forger le mythe, la légende, et ainsi, un second constat pointe le bout de son nez: "entre mythe et réalité, souvent le fossé". Je pense que c’est un des messages forts que l’auteur a voulu faire passer dans ce second volume, et surement même, à l’échelle de son cycle : les dires portés aux exploits d’individus voulus comme singuliers sont souvent très enjolivés par le biais de belles paroles souvent prononcées par des bouches crédules aux relents doucereux d’alcool. Ne vous attendez donc pas à de grandes frasques épiques, aux actes de bravoure défiant l’imagination, à une magie puissante et dévastatrice (quoique, ce dernier point est tout relatif). Si cela peut toujours venir, ce n’est pas l’objet de cette suite. Je ne dis pas là que le livre est une platitude en lui-même, loin de là. Nous avons notre petit lot de combats, d’apprentissage, saupoudré d’une touche de magie, mais en quantité délayée. Ainsi, beaucoup de complots, de jeux de cour à la Fitz Chevalerie, de rencontres à l’orée de bois enchantés, de coups bas entre universitaires acharnés.

Si je devais d’ailleurs formuler une critique, ce serait la longueur de certains passages desquels il m’est parfois arrivé de décrocher (chose encore plus facile en VO) pour les reprendre plus tard. Gros manque que j’ai ressenti ici, c’est l'absence flagrante, à mon sens, de tout suspense. A aucun moment je ne me suis surprise à frissonner pour le héros, à tourner les pages haletante de connaitre le dénouement d’une de ces péripéties (peut-être un peu dans un certain passage à la fin). Le milieu de roman est, à mon point de vue, assez vide et plat, des mots peut-être un peu durs pour exprimer mon scepticisme à leur lecture. Peut-être cette impression vient-elle également du fait que le début et la fin étant passionnant, l’entre-deux m’a semblé moins à la hauteur. Peut-être est-ce également cette frustration ressentie face à la stagnation totale de l’intrigue de fond mise en place par le premier tome, du très peu de réponses face aux questions qui s’accumulent.

Un autre point « critique » également vient du fait que l’auteur ayant pris le pari risqué d’axer son histoire autour d’un seul et même personnage, les autres plus secondaires se voient accorder une importance toute relative. Ils sont alors peu – voire pas – développés, ou alors selon les points de vue adoptés par le héros narrant son histoire, et choisissant d’accentuer les singularités de son choix. Ainsi, c’est vers ce même héros que se portent toute notre attention et tous nos désirs d’éprouver de l’émotion. Or, lorsque que, pour des raisons diverses, vous en venez à peu à peu se détacher de la version adolescente de Kvothe (trop de calculé, un personnage qui frise la prétention, un comédien de tous les instants,…), il devient dur de reporter son affection sur quelqu’un d’autre.

Après ce passage un peu critique de l’œuvre (j’ai par ailleurs ainsi résumé tous les aspects négatifs que j’ai pu y trouver), je conclurais sur le fait que, malgré cela, c’est toujours un réel plaisir que de lire le travail de monsieur Rothfuss, rien que pour cette poésie tellement rafraichissante. D’autre part, en se disant que cet opus est le second, beaucoup de choses se mettent en place pour une future grande apothéose. L’appétitif avant le plat de résistance. A retenir donc que The Wise Man’s Fear est davantage un tome de transition que servant réellement à faire bouger les choses. A voir comment cela s’inscrit dans une suite pour savoir si ce choix est à déplorer ou non….

Pour ceux qui ont aimé Le Nom du Vent, certainement un tome qui se fera un délice à la lecture, mais dans l’idée qu’il ne faut pas non plus trop en attendre wink Personnellement, l’engouement premier légèrement retombé, je le placerai légèrement en-dessous de son grand frère pour diverses raisons qui sont toutefois très liées à mes propres goûts en matière de lecture.