Bandeau
Ce forum, associé au site non-officiel www.patrickrothfuss.webfantasy.fr, est là pour permettre aux lecteurs de Patrick Rothfuss de discuter entre eux et avec d'autres lecteurs de fantasy.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Dernières actualités des sites

[Terry Goodkind] Le Siège de Pierre [Terry Goodkind] Les Enfants de d'Hara
[Brandon Sanderson] Sixième du crépuscule et autres nouvelles [Terry Goodkind] Sorties passées et à venir
[Brandon Sanderson] Legion se trilogise [Brandon Sanderson] Escape the Shattered Plains VR Experience

#1 03-03-2011 14:03:39

Rikka
Marchombre
The Wise Man's Fear
Inscription : 12-12-2009
Messages : 4 857
1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Des scènes comme autant de souvenirs impérissables

Cette discussion en référence à une question de Stéphane Marsan dans une interview de Patrick Rothuss (voir ), qui m’a semblée tout à fait passionnante smile

Reprise par le titre du sujet, la question est ainsi la suivante :

Si, dans plusieurs années, alors tout vieux et édenté que vous serez, on rappelait à votre bon souvenir l’œuvre magistrale de Patrick Rothuss, quelles seraient les scènes dont vous garderiez une trace inaltérable ?

Bref, si vous deviez citer 2-3 passages issus du Nom du Vent -  lesquels vous auraient particulièrement ému, aux larmes, ou aux rires - quels seraient-ils ?

Manière de montrer la voie, si je devais moi-même répondre à la question, quelles seraient les scènes que je sélectionnerais ? Question très difficile tant il me semble que l’ensemble du livre n’est qu’émotions à l’état brut…





Chaque de ces scène a un point commun : la musique et l'incroyable description, par l'auteur, de ce qu'elle peut nous apporter en émotions. Une réelle découverte coeur

Et vous ? smile


Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Là où les habitations, puis les arbres, puis l'herbe s'épuisent, naît le royaume stérile, sauvage, minéral ; cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, il dispense une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent - Gaston Rébuffat

Hors ligne

#2 08-03-2011 17:58:29

tkl
Weird Wizard
Inscription : 29-08-2006
Messages : 3 962
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Des scènes comme autant de souvenirs impérissables

Les scènes qui ont laissé une trace inaltérable pour moi sont comme tu le mentionne Rikka, la parenthèse de vie d'hermite que va traverser Kvothe.
Instant boulversant s'il en est, où toute la rage heurtée d'incompréhension douleureusement ensérée d'injustice hurle la compassion que l'on pourrait avoir en cet instant tragique.
Si c'est un lieu commun de dire que nous avons tous traversé des épreuves de vies, comme pourraient nous l'annoncer les diseuses de bonne aventure, il n'en est pas moins vrai que l'émotion de frustration face au destin que l'on peut ressentir à ces moments là, trouvent une résonnance, une illustration même dans ce passage.

Plus léger mais pas moins beau, voire le plus beau selon moi: les premières pages:
La caractérisations des silences, cette manière qu'a l'auteur de nous projetter sur les courants invisibles et sans bruits et pourtant bien connus de l'abscence de sonorités ...

Un chercheur me disait un jour : "pour la physique, même dans le vide c'est le bordel"

Ici l'auteur a réussi à mettre des sons sur ce qui par essence n'en a pas beuh


They say man can't fly but wings of mind set you free from mankind

Hors ligne

#3 09-03-2011 06:05:26

Orion
Chat
Lieu : Ville de Québec
Inscription : 29-12-2007
Messages : 10 425
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Des scènes comme autant de souvenirs impérissables

C'est pareil pour moi tkl  jap  Les moments que j'ai le plus appréciés dans le premier tome c'était ceux dans l'auberge au début et ensuite ce fut ceux autour de son entrée à l'Université  smile

Dans l'auberge, c'est également toute la puissance de son passée qui pèse sur lui, le fait qu'on sent qu'il n'est pas n'importe qui, qu'il incarne une épopée inimaginable et on veut seulement savoir comment il a pu débarquer dans ce bled paumé  tongue  Au début de ce livre, tout est possible et tout est suspense, l'auteur sait nous faire attendre de telle façon qu'on a qu'une envie : être dans cette foutue auberge et boire les paroles du conteur (en l'occurrence Kvothe)  tongue


Après pour l'Université, c'est son passé et sa grandeur qui m'ont charmé, toute l'histoire qui anime ces murs et la perspective du développement de Kvothe sur beaucoup d'aspects tant académiques que sociaux (j'adore les écoles pour la possibilité qu'elles t'offrent de rencontrer des gens  smile) C'est un côté que j'avais beaucoup apprécié d'Harry Potter, les fraternités, les amis et les conflits et c'est quelque chose que j'ai beaucoup aimé aussi dans le Nom du Vent  smile (surtout ses fréquents appels au comité de discipline !!  lol)


Par contre, le moment où j'ai vraiment pas accroché dans le livre, c'est tout son passage à Tarbean (je suis plus sûr si c'est cette ville), le passage où il est dans la rue et qu'il apprend à vivre à la dure  hmm  J'ai trouvé ça assez peu original comme formule, l'ayant déjà vu dans quelques livres et surtout moins bien réalisé que les autres parties du livre à mon avis  hmm  J'ai pas été touché, j'y ai jamais vraiment cru, c'était trop propre et trop théâtral : le petit gamin qui perd ses parents et qui vie une vie dure d'orphelin dans la rue mais comme il est un être d'exception il s'en sort mais il est maintenant plus fort que jamais !  Ça manquait de mordant et de réalisme pour moi  s  Le petit Kvothe s'en sort trop sans mauvais plis mais bon j'imagine que c'était pas le but de le faire tourner en petit gangster non plus  tongue


Ah oui et en relisant le post de Rikka je dois dire que j'avais oublié de citer le passage avec la Lai de Sire Savien Traliard !  jap  Un moment d'une rare intensité dans un livre et en plus créé par la musique, quelque chose qui a une place très importante dans ma vie également  smile

Dernière modification par Orion (09-03-2011 06:08:46)


« Nous avons la liberté de nous aimer nous-mêmes et la liberté d’aimer la vie, mais nous avons aussi la liberté de trouver des excuses pour ne pas le faire. L’amour, c’est la chose la plus importante au monde, et pourtant on ne l’enseigne pas à l’école. Même pas une heure. »
- Patch Adams

Hors ligne

#4 11-04-2011 17:28:21

Tia
Membre
Le Nom du Vent
Inscription : 07-12-2006
Messages : 5 137
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Des scènes comme autant de souvenirs impérissables

Sans hésité, pour moi ça serait tout le début avant qu'il ne commence son histoire ainsi que toutes les interludes à l'auberge. Surtout celle où il rencontre Chroniqueur et l'"embauche" pour zigouiller les bestioles  ironique

Également toute son enfance dans la rue, j'avoue avoir eu les larmes aux yeux lorsqu'il s'est rendu dans le quartier riche la première fois, et qu'il s'est fait tabasser  pleur06 . Bien que j'ai déjà rencontré ces passages dans la rue dans d'autres livres, là ça m'a vraiment fait quelque chose. Bien moins noir que l'Ange de la Nuit de Brent Weeks, mais ça m'a nettement fait plus d'effet.

Le Draccus shooté, parce que... c'est Draccus shooté  lol


Once Upon a Time...

Hors ligne

#5 29-01-2012 22:06:34

Nicholas
Chapardeur
Le Nom du Vent
Inscription : 25-03-2011
Messages : 86
1 an

Re : Des scènes comme autant de souvenirs impérissables

Les deux scènes qui représente le plus le nom de vent, et qui mon le plus toucher sont:
-A Tarbean, quand il est mandian, et qu'il va dans le quartier "riche" Il a une grosse chance lorsque un vieux lui donne un talent, ce qui représente, pour lui, une somme inconmensurable, qu'il perd en se fesant tabasser par les gardes  pleur06
-Et la deuxième, ma scènes préférer, c'est a l'Eolian, lorsque qu'il joue de son Luth et gagne le tropher  embaras04


Je sais, que ce qui ne tue pas nous rend plus fort... Mais moi... Mais moi je suis déjà mort. -Kyo-

Hors ligne

#6 07-08-2012 12:51:36

Ariane
Fée
Lieu : Les Royaumes du Nord
Inscription : 12-06-2012
Messages : 938
1 an1 an1 an1 an1 an6 mois

Re : Des scènes comme autant de souvenirs impérissables

Les scènes qui m'ont le plus marquée (liste non exhaustive !) sont :

- Celle du début, avec la description des trois silences, c'est purement magique. Patrick Rothfuss décrit peu d'éléments mais il leur donne toute la profondeur possible. Un lieu, un silence, et c'est déjà toute une histoire que l'on ressent, même si on ne la connait pas, même si on ne la comprend pas, elle est bien là, tapie entre les murs.

- La description des 4 portes : le sommeil, l'oubli, la folie, la mort. Puis toute la survie dans la forêt, mais je pense que cette théorie initiale a exacerbé ma compassion pour le petit Kvothe. L'envie de fuir sa mémoire, les seules solutions que l'on a pour préserver les petits morceaux qu'il reste de soi.

- Le draccus smile pour le concept, la description, la première approche que l'on a de lui puis la deuxième, bref, j'ai craqué pour le draccus ^^

- Tous les passages où il décrit son attirance irrésistible pour la musique, dans les moments où il ne possède plus de luth, dans les moments où le luth est brisé. Je ne décrirais pas la musique comme ma passion vitale, c'est très loin d'être ce que ça représente pour Kvothe, ça n'empêche pas de le comprendre de tout coeur. S'il y a un piano dans une pièce, je ne peux l'oublier et mes yeux y reviennent régulièrement, ça me démange d'y jouer. Alors, suite à son passé, ce qu'il a connu dans la forêt, le refuge qu'étaient devenues les notes,... aucun mot ne m'aurait paru assez fort pour décrire son besoin de jouer.

- EDIT : j'ai oublié le passage qui m'a peut-être le plus serré le coeur : quand il parle des derniers instants de ses parents, et tous les souhaits qu'il a, qu'ils aient pu profiter de ces derniers moments, l'image de bonheur qu'il garde d'eux... bref quand on commence à comprendre ce qui va se passer. C'est magnifiquement bien écrit (à mes yeux), sans en faire trop dans le mélodrame, vraiment comme une voix sincère, évoquant leur souvenir et cet espoir pour eux.

Ensuite ce sont plein de petits passages isolés, des citations que je garde en mémoire...
Le livre entier sera un bonheur à relire coeur

Dernière modification par Ariane (07-08-2012 13:23:11)

Hors ligne

#7 13-10-2013 01:30:40

Seychar
Membre
La Peur du Sage
Lieu : sur les traces de Kvothe
Inscription : 11-10-2013
Messages : 9
1 an1 an1 an1 an

Re : Des scènes comme autant de souvenirs impérissables

bah en gros vu qu'Arianne a déjà dit une partie de ce que je voulais resituer et sans doute mieux que je ne l'aurais fait ainsi que celles de Rikka

avec en plus, l'épisode où Elodin lui raconte ce qui lui est arrivé face à Ambrose quand il invoque justement le nom du vent, le passage qu'on attend tout le livre durant et qui vaut vraiment son pesant d'or


Kvothe Kvothe ! (oui je fais la poule)

Hors ligne

Pied de page des forums

Accès aux sites :     WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson
Accès aux forums : WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson
Accès direct au blog : Legend of the Seeker

Propulsé par FluxBB
Adapté pour WebFantasy.fr

[ Générées en 0.096 secondes, 12 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 708.09 Kio (pic d'utilisation : 731.78 Kio) ]