Bandeau
Ce forum, associé au site non-officiel www.patrickrothfuss.webfantasy.fr, est là pour permettre aux lecteurs de Patrick Rothfuss de discuter entre eux et avec d'autres lecteurs de fantasy.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Dernières actualités des sites

[Terry Goodkind] Le Siège de Pierre [Terry Goodkind] Les Enfants de d'Hara
[Brandon Sanderson] Sixième du crépuscule et autres nouvelles [Terry Goodkind] Sorties passées et à venir
[Brandon Sanderson] Legion se trilogise [Brandon Sanderson] Escape the Shattered Plains VR Experience

#1 27-08-2006 00:21:25

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Les films que vous voyez

Voici un topic où peuvent se cotoyer les cinéphiles comme ceux qui ne vont au cinéma qu'occasionnellement. Si vous voulez nous conseiller un film, nous parler de vos bonnes comme de vos mauvaises expériences cinématographiques, ou meme télévisuelles, c'est ici! N'hésitez pas à poster vos critique, autant pour donner envie aux autres d'aller voir un film que pour l'en dissuader!



Je commence avec les films que j'ai vu recemment :

-Vol 93 :
L'histoire, tout le monde la connait. Le 11 septembre, 4 avions sont détournés au dessus du sol américain par des terroriste d'Al Quaida. 3 atteindront leur cible, car le 4eme, le vol 93 justement, s'écrasera en pleine campagne, sans faire d'autres victimes que les personnes présentes dans l'avion. Vol 93 c'est donc une histoire de courage, ou comment des passagers qui n'avaient plus rien à perdre ont décidé de s'unir pour éviter au monde une autre catastrophe.
Voilà un film qu'il faut voir! Sublimement réalisé sous forme quasi documentaire, aucune fioriture, aucun jugement, juste les faits, retracés avec méticulosité par l'équipe du film grâce aux derniers appels téléphoniques des victimes. L'émotion et la tension montent petit à petit tout au long du film, à fleur de peau, pour exploser litteralement dans la scene final. Un formidable film de mémoire, à voir par tous.

-Mon nom est Tsotsi :
C'est l'histoire d'un jeune chef de gang dans un bidonville africain qui un soir va commettre l'irréparable : il tire sur une bourgeoise de la banlieu chic, et lui vole sa voiture. Seulement, ce qu'il n'avait pas prévu, c'est le petit bonhomme qui s'agite en pleurant sur le siege arrière de la voiture : un bébé de quelques jours à peine. Entre violence et rédemption, Tsotsi va devoir choisir sa voix.
Oscar du meilleur film étranger 2006, ce film ne l'a certe pas volé. Réalisé avec une étrange virtuosité, il nous montre sans fard la dure vie dans les bidonvilles, avec ses "beautés" comme ses travers. Une immersion totale dans ce monde sans pitié facilitée par le jeu irréprochable des jeunes acteurs impressionnants.

Monster House :
C'est l'histoire de trois enfants qui vont se retrouver confrontés à une maison hantée.
En animation 3D d'une qualité très bonne, le scénario est extrêmement cherché et soigné pour un film pour enfant. On ne voit pas le temps passer! Une nouvelle très très bonne production Spielberg (et Zemeckis  )

-Lucas Fourmis malgré lui :
L'histoire tendre d'un petit garçon qui va se retrouver réduit à la taille fourmis pour quelques jours et devra choisir de les aider ou non.
J'ai eu la chance de le voir en IMAX 3D, et là : WAOUH!!! La 3D était d'une qualité merveilleuse, et les images sublimes. Bref, un scénar certe convenu, mais un film qu'on prend un plaisir immense à regarder, surtout immergés ainsi dans l'histoire.

-Miami Vice :
L'adaptation ciné de la célèbre série TV "Deux flics à Miami".
Etant donné la présence de mon chouchou Colin Farrell dont je ne rate aucun film, je ne pouvais pas le manquer lol.
Dès les premières minutes, on reconnait bien la touche Mann dans la réalisation, avec une image d'une qualité légèrement granuleuse, et une façon de tourner qui nous donne vraiment l'impression de regarder un documentaire. Magnifique donc.
Mais là où ça coince, c'est que cette fois Mann a totalement zappé la période d'exposition des personnages ainsi que la pose des élèments de l'intrigue pour nous plonger directement dans l'action. Ce qui parfois peut s'avérer judicieux, mais malheureusement pas ici, où du coup on se retrouve un peu perdus. L'intrigue en devient confuse. ET quand il nous expose enfin les personnages, c'est tout d'un coup, entre deux longues plages d'action, et du coup c'est long, trèèèèèèèèès long. Bref, un Miami Vice mitigé, ennuyeux au milieu, astucieux par moment, et que vient en plus gacher une fin au combien convenue et téléphonée. Dommage...

-Pirates des Caraïbes 2 : J'ai adoré également, au moins autant que le premier, si ce n'est plus.
Les raisons :
-Après une attente incroyable, à la limite du supportable, quel plaisir d'entrer enfin dans la salle, toute excitée, et de sentir ce frisson si rare me remonter le long de l'échine alors que la salle plonge dans le noir, et que le sinistre battement de coeur nous met immédiatement dans l'ambiance avec le titre du film!
-La réalisation toujours excellente, meme si pas innovante.
-L'humour, encore plus présent que dans le premier, en particulier tout le passage sur l'île des Pelagostos!
-L'intrigue, assez fouillé pour un blockbuster américain, avec notamment quelques surprises pas négligeables (ah cette fin!!! Sur le cul radicalement MDR!)
-Orlando Bloom est moins mauvais (juste un peu mais bon... venant de lui je sais pas si on peut s'attendre à mieux...) et Keira Knigthley s'est également améliorée. Bill Nighty est excellent, tout comme d'ailleurs tous les autres seconds rôles, géniaux (ah Pintle et Ragetti, je les adore! )
-Le Flying Dutchman, réeelement hallucinant de beauté, de gothisme, avec une esthétique hahurissante!
-La musique, du grand Hans Zimmer, surtout le theme de Davy Jones, que je ne me lasse pas d'écouter en boucle.
-l'atmosphère plus sombre que le premier durant tout le film, même si largement compensée par la surcharge d'humour de ce second opus.

-Et enfin, j'ai gardé le meilleur pour la fin lol. En tant qu'immense fan de l'acteur, j'en attendais bien évidement énormement de lui, avec toujours donc risque d'être déçue. Eh bien... ce ne fut pas le cas! Johnny Depp est réellement déifique dans le rôle de Jack Sparrow! C'est simple d'ailleurs, si on avait donné le rôle à quelqu'un d'autre, je n'ose meme pas imaginer ce qu'aurait donné les deux films. OK il en fait des tonnes, mais c'est tellement savoureux! Qui n'a pas explosé de rire en le voyant courir? Qui n'a pas sentit ses zygmotique entrer en folle scéance de gym en voyant toutes ses mimiques, ses petits sourires en coin? Ah làlà, quel merveilleux personnage! Quel splendide acteur! A chaque film je me dis qu'il joue tellement bien que ce n'est pas possible de faire mieux... et à chaque film il me bluffe en surpassant encore sa perfomance précédente! Bravo donc Mr Depp et vivement mai 2007 pour suivre la suite des aventures du délicieux Captain Jack, en espérant tout de même qu'ils n'aillent pas plus loin dans "l'excentricité" de Jack, au risque de le transformer en clown...


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#2 19-10-2006 10:27:31

François
Archiviste
The Wise Man's Fear
Inscription : 21-08-2006
Messages : 14 145
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Renaissance
J'ai plus vu ce film afin de voir ce qu'il donnait au niveau technique que pour l'histoire, dont je ne connaissais rien avoir de le voir. Je n'ai de toute façon pas trop accroché.
Pour ce qui est de la technique, le noir & blanc donne un style particulier que je n'ai pas du tout apprécié. Contrairement au film noir & blanc classiques (tels que Pi, ou les vieux films), il n'y a quasiment aucune nuance de gris, ou plutôt seulement 2, ce qui fait que l'on a un peu de mal a voir certains détails, et cela enlaidi les personnages.
Par contre, j'ai adoré l'aspect architectural. Ce qu'il ont fait de la ville de Paris est tout simplement magnifique.

Fauteuil d'orchestre
Film avec, entre autres, Albert Dupontel et Cécile de France, qui montre à merveille l'évolution d'une myriade de personnages lors d'une seule et même soirée, dans trois lieux d'un même quartier. Le pianiste se libère de sa gangue, l'actrice dépoussière les classiques guindés, et le vieil redécouvre de l'amour pour son fils. Magnifiquement joué.

Hors ligne

#3 14-12-2006 21:47:36

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Casino Royal :

Après un si long temps d'attente depuis le dernier opus, puis les tribulation du casting pour trouver LE nouveau Bond, celui qui allait succéder à Pierce Brosnan en personne, l'annonce de la venue d'un James Bond blond aux yeux bleus avait déjà fait l'effet d'une bombe dans le monde si asptisé des fans de l'agent secret le plus connu d'angleterre.
Le trailer ensuite, nous montrait un Bond plus sombre, plus torturé, et on en venait à douter de cette ferme décision de boycotter ce James qui n'avait pas l'air d'un Bond.
Et on aurait mieux fait...
Car ce James Bond, s'il procure un bon moment de cinéma où on ne s'ennuit pas trop, reste de très moyenne facture par rapport aux précédents opus de la série.
Tout ce qui avait fait les codes de la franchise est ici piétiné à coup de bottes sans aucun scrupule, de la phrase culte de la Vodka/Martini, à la traditionnelle présentation des gadjets, et jusque le fameux "Bond... James Bond".
Quand à Daniel Craig, certe il joue bien, mais où sont passé la classe et le charme propre à qui se veut un James Bond? IL est fade et inexpressif, sans aucune classe, mis à part peut-etre lors de la dernière image du film...
Les scènes d'action sont plus risibles qu'impressionnantes : on se croierait presque dans une production Besson...
Le scénario est mince et parfois confu, même si le cliffenger final était, je trouve une bonne surprise, du moins aurait pu l'être s'il avait été mieux amené.
Mais alors qu'est-ce qui en fait tout de même un bon divertissement?
D'abord, à ma grande surprise, Eva Green, qui est juste et magnifique dans son rôle, contrairement à Kingdom of Heaven où elle était totalement transparente.
Puis Le Chiffre, nouveau méchant qui pourtant ici agit en sous main, mais qui recèle à lui seul la part de charme, de classe et de piquant qu'il manque au rôle principal. L'acteur plonge dans son rôle avec une visible jubilation, et nous prouve que même lorsqu'il ne joue pas de son physique pour le moins aventageux, il a quelque chose à proposé, et quelle chose! Un jeu tout pétillant qui apporte le peps manquant et sauve cet opus de 007 du naufrage.


Les Infiltrés :

Quand on dit Scorcese, c'est un peu comme Spielberg, tout de suite, on rentre dans la salle avec notre barre d'appréciation placée très très haut. Car oui, nous savons à l'avance que nous allons une nouvelle fois éprouvé le génie créatif d'un GRAND du 7eme art.
Et bien encore une fois, aucune déception, une réalisation toujours aussi léchée, toujours aussi efficace! Un montage impeccable sans temps mort qui permet de ne pas s'ennuyer une seconde durant les pourtant quelques 2H30 que dure le film.
Et un casting où la seule présence de son complice DiCaprio et du toujours fabuleux Jack Nicholson laissaient augurer de grands moment de cinéma.
Et on y a le droit à ces grands moments! Nicholson cabotine à outrage, et bizarrement, c'est comme ça qu'on l'aime!
Et que dire de Caprio... de film en film, l'adolescent qui jouait trop sur son physique et pas assez sur la seule expression qu'il nous proposait sans cesse à l'époque Roméo et Juliette s'efface petit à petit pour laisser réapparaître cet acteur prodige qui brillait par son talent dans Gilbert Grape. Oui mais ce gamin est maintenant devenu un homme, et ça se voit! Caprio ne se contente pas de laisser sa gueule d'ange aux vestiaire, il habite son personnage, ou est habité par lui selon le point de vue, et y a pas dire, c'est beau. Une simple petite grimace, un simple petit frémissement de la paupière lui suffit maintenant pour déclenché toute une palette d'émotion autant chez son personnage que chez le spectateur.
Et c'est ça qui rend le film de Scorcese aussi puissant, qui lui permet de s'imprimer dans nos rétines de façon indélébile : ses personnages à hauteur d'homme, pas des héros, simplement des hommes qui ont fait des choix, les bons ou les mauvais, qui vont tous les mener vers des chemins qu'ils n'auraient jamais emprunté en connaissance de cause.
Ce petit bijoux du cinéma est parachevé par un scénario coup de poing aux multiples rebondissements, et par tous les autres acteurs dont je n'ai pas parlé, Matt Damon en tête, tous impeccable sous la houlette de ce génie visuel qui nous offre encore ici un très grand film, et nous fait découvrir encore un petit peu des multiples facette d'un acteur passable devenu un GRAND acteur.


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#4 15-12-2006 00:12:16

Tia
Membre
Le Nom du Vent
Inscription : 07-12-2006
Messages : 5 137
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

Tout ce qui avait fait les codes de la franchise est ici piétiné à coup de bottes sans aucun scrupule, de la phrase culte de la Vodka/Martini, à la traditionnelle présentation des gadjets, et jusque le fameux "Bond... James Bond".

Si, à la fin.

J'ai beaucoup aimé.

Il est vrai que ce James Bond est plus sombre, mais il faut remettre le personnage dans son contexte original car dans les livres James Bond est un homme froid limite cruel et matcho.

Je trouve qu'il est bien dans son rôle. D'ailleurs, il fait un bon box office.

Dernière modification par Tia (15-12-2006 00:34:04)


Once Upon a Time...

Hors ligne

#5 15-12-2006 00:35:32

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Ouais, il le dit, mais de quelle manière  roll
Bref, chacun son point de vue, moi j'avais mis tous mes préjugés sur l'acteur de côté avant d'aller voir le film, et pourtant je ne vois pas ce que les gens lui ont trouvé de si génial.
Ne vous méprenez pas, j'adore Daniel Craig, dans Munich je l'ai trouvé génial par exemple, mais là je trouve simplement qu'il ne convient pas au personnage.
Tu le dis plus macho? Moi c'est bien la première fois que je vois un Bond dire autant de "Je t'aime" à une femme  tongue ça j'ai trouvé ça bien justement l'histoire avec Vesper, ça permet de comprendre pourquoi il est comme il est après.
Mais en ce qui concerne la classe et le charme qui vont d'ordinaire avec le personnage, je trouve que Craig en est totalement dénué, et que par exemple, Le Chiffre porte un milliard de fois mieux le smoking que lui. tongue

Moi je dis actuellement si vous devez voir un film, allez voir Les Infiltrés  wink


Je parlais de naufrage artistique, pas au box-office  wink King King de Peter Jackson par exemple, qui est, de mon humble avis, une merde monumentale, a cartonné au box-office, ce qui n'en fait pas un bon film  tongue


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#6 18-12-2006 12:40:51

Tia
Membre
Le Nom du Vent
Inscription : 07-12-2006
Messages : 5 137
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

Bond est devenu blond et, pour les fans de la série, c’est déjà une révolution. Bond est bon, qui plus est, ce qui, pour le coup, est quasiment un séisme.

Tu le dis plus macho? Moi c'est bien la première fois que je vois un Bond dire autant de "Je t'aime" à une femme

Daniel Craig, remarqué pour quelques rôles complexes (le petit ami du peintre Francis Bacon dans Love is the devil, le jeune amant d’une sexagénaire dans The Mother), campe un James Bond sûrement proche de l’idée que s’en faisait Ian Fleming : une tête brûlée, un casse-cou, presque un voyou, cherchant à se surpasser et à dominer les autres pour oublier des origines sociales humiliantes. tongue  tongue

Pas de James Bond girls pétiantes et enamourées dans cet épisode. L’héroïne (Eva Green) n’est ni potiche, ni neuneu, mais belle, vulnérable et trouble.

Tout ce qui avait fait les codes de la franchise est ici piétiné à coup de bottes sans aucun scrupule, de la phrase culte de la Vodka/Martini, à la traditionnelle présentation des gadjets, et jusque le fameux "Bond... James Bond".

Pas de gadgets, non plus : Bond se bat avec ses poings. Avec sa tête, aussi : la bataille qui l’oppose au méchant (Mads Mikkelsen) se déroule autour d’une table de poker, où les neurones sont plus utiles que les muscles. tongue  tongue

c'est vrai pas de girls, pas de gadgets, que reste-t-il, alors, direz-vous ? Un film, justement. Le plus beau de la série, probablement, qui devrait séduire même les nostalgiques qui ne jurent que par Bons Baisers de Russie et Opération Tonnerre.

Martin Campbell mène tambour battant une intrigue plus ambiguë qu’à l’ordinaire et tout aussi spectaculaire. On y remarque un beau prologue, filmé dans un noir et blanc expressionniste. Une chasse à l’homme dans les rues de Madagascar. Une scène d’une rare violence où le méchant torture Bond en utilisant des méthodes… comment dire sans trop choquer… ! Et à Venise qui, on le sait, est condamnée à disparaître, le dénouement sonne comme un avant-goût de la catastrophe à venir…

Je reste sur mon avis Ophidia   tongue 

En revanche pour King Kong je suis ok avec toi.

Dernière modification par Tia (18-12-2006 14:30:47)


Once Upon a Time...

Hors ligne

#7 18-12-2006 21:55:32

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

lol loin de moi l'idée de te faire changer d'avis  wink j'exprimais simplement mon point de vue, je suis contente que tu l'es fait toi aussi  smile ça permet aux éventuels personnes qui veulent voir le film d'avoir deux avis différents. D'ailleurs en effet la scene d'ouverture en noir et blanc était vraiment sublime, ça changeait de l'ordinaire, mais domage qu'elle ai été suivie juste après par ce remake de Yamakasi 2  sad

Nouvelle petite virée ciné pour moi ce week end :

Arthur et les Minimoys :

Annoncé pendant un temps comme le dernier Besson, la fan du réalisateur que je suis (le réalisateur hein, pas l'homme ni le producteur lol) avait frémit en pensant que ce serait peut-etre la dernière oeuvre de mon réal français préféré.
Pourtant, ayant lu les livres, j'avais été emmenée avec une facilité toute enfantine dans ce pays de l'infiniement petit, et attendait donc avec grand impatience de voir les frimousse de mes petits lutins adorés sur grand écran et sous la baguette toujours experte de Besson!
C'est donc chose faite et avec la chance d'avoir pu le voir en plus en numérique, avec donc une qualité d'image et de son bien supérieure à ce qu'on peut avoir avec la bobine oridinaire.
Premier constat : Besson n'a pas perdu la main, on s'en apperçoit dès les premiers plans, avec une réalisation toujours aussi soignée, qui arrive à imprimer une atmosphère et une époque à chacun de ses films : du travail d'artiste.
Le casting ensuite, où on retrouve le prodige Freddie Highmore toujours aussi impeccable, et Mia Farrow sublime en grand-mère surpassée. Les doublages des Minimoys sont également très réussis, avec notamment (je l'ai vu en français) une étonnante Mylène Farmer en la sublimissime princesse Sélénia.
Mais même si tout ceci promettait déjà un joli film, le meilleur restait à venir. Car le film prend vraiment son envol quand Arthur pénètre enfin chez les Minimoys! Là, les yeux de toute  la salle s'ouvrent en grand d'effarement : jamais depuis les Final Fantasy un studio d'animation n'était allé aussi loin! Quel luxe de détails, quelle féérie des couleurs, quels si mignons Minimoys. Tout est réussi, l'animation est fluide, les personnages magnifiquement réussi avec une belle balance entre leur humanité et leur nature de lutin. Bref, rien a redire, de ce point de vue là, Arthur et les Minimoys est un vrai chef d'oeuvre visuel.
On en arrive donc au seul bémol du film : le scénario. En voulant condenser deux livres pourtant fins en un film de seulement 1H30, Besson a, a mon gout, beaucoup trop condensé l'histoire, notamment tout le passage dans Necropolis que j'attendais avec tant d'impatience, et qui ici passe à la vitesse de l'éclair. De plus, en condensant autant, les scènes dégoulinantes de bon sentiment apparaissent beaucoup trop souvent, rendant le film plutot un peu trop rose bonbon par moments.
Pour résumer, un bon film, mais aurait pu mieux faire.

Hors de Prix :
Le film annoncé d'entrée par la bande annonce comme le bon prototype de film français, dans la lignée des Weber.
Ici, l'histoire est assez banale, du déjà vu comme on dit. D'un côté la femme fatale inaccessible, de l'autre l'homme fragile un peu niais et sans le sous. Bref, de ce côté là, on ne pouvait pas s'attendre à beaucoup d'originalité, et on en aura pas, l'intrigue étant téléphonée du début à la fin du film ne donnant pas la moindre surprise.
Pourtant, on se prend à aimer suivre les aventures de ces deux personnages oubliés par la vie et qui tentent de s'en construire une à leur mesure.
Les deux acteurs sont excellents, Audrey Tatou étonnement sexy et charmeuse, Gad Elmaleh toujours aussi... lui quoi.
Dommage qu'il nous ressorte son rôle de "La Doublure" presque mot pour mot, mais bon, ça suffit ici donc on ne lui en veut pas.
Quelques passages bien drôles viennent même parsemer ce joli petit film qu'on prend plaisir à regarder. A voir, mais un fois, juste comme ça.

Le Pacte du Sang :
Le film pour ados de Noel. Autrement dit, comme d'habitude avec ce genre de films (à quelques rares exceptions comme l'Effet Papillon), on laisse son cerveau à l'entrée de la salle, et on s'en met plein les yeux.
Là pareil, dès le début on sent toute l'intrigue se dérouler devant nos yeux. Le "méchant on le repère à des kilomètres, éventant le soit disant suspense que le réalisateur tente d'instaurer.
Les acteurs joue assez mal, certains ne sont carrement pas crédibles.
Comme toujours dans ce genre de film on a la juste dose de filles en sous-vètements, de mecs aux abdos dégoulinant de sueur et taillés dans des statues de Grèce antique. Bref, rien de bien inovant.
L'intérêt de ce film me direz vous?
La façon d'aborder la magie qui est assez originale pour ce que j'en avais personnellement vu jusqu'ici, une histoire bien ficelée de ce côté-ci. Des effets spéciaux certes peu nombreux mais réussis et spectaculaires. Un bon rythme sans temps morts du début à la fin.
Bref, là aussi un bon moment de cinéma, si on ne se pose pas trop de questions.
Mais on est loin tout de même des dérangeants Final Destination des même créateurs et c'est certain que s'ils font une suite, ce que laisse suggérer la fin du film, ce sera sans moi  tongue


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#8 18-12-2006 22:24:41

Eisis
Sliph
Lieu : de mon puit^^
Inscription : 12-11-2006
Messages : 224
1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Hors de prix:
Mon avis rejoint assez celui d'Ophidia.
Une comédie bien de chez nous, agréable à regarder, sans être icnroyable et pourvu d'un scénario banal, mais cependant éfficace.
La première scène m'a fait un peu peur, mais le film s'est révélé sympathique dans sa progression, et malgré quelques longueurs; je ne vois pas ce que je pourrais lui reprocher d'autre.
Sinon les acteurs sont bons, c'est bien filmé...
Comédie divertissante et agréable.
Rien de plus, rien de moins




Casino royale
Par contre, je suis plus de l'avis de Tia pour celui-ci!
J'ai été réellement surprise, même si je trouve qu'il ne ressemble pas à ce qu'on pourrait appeler un "james bond classique" , je l'ai trouvé réussie!
Daniel Craig se débrouille très bien et les quelques doutes que j'ai pu avoir au début se sont vite effacés; Il est tout à fait crédible, joue bien, nous montre un nouveaux James Bond loin d'être repoussant avec de multiples facettes...
Ce film censé se dérouler lors des "débuts" de l'agent nous aide à comprendre pourquoi il est tel quel! C'est un concept interessant!
J'ai trouvé la scène du poker très bien faite, et mads mikkelsen se débrouille bien en "méchant" .
Et puis il y a Eva Green, une actrice que je trouvais déjà avant très douée, et qui n'a pas faillit!
Son personnage est très interessant, et elle est loin d'être "la james bond girl type" fade et potiche.

Enfin, ce n'est pas un chef d'oeuvre non plus, mais un film d'espionnage éfficace, qui ma beaucoup surprise. wink

Dernière modification par Eisis (18-12-2006 22:28:27)

Hors ligne

#9 18-12-2006 22:43:12

Tia
Membre
Le Nom du Vent
Inscription : 07-12-2006
Messages : 5 137
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

LE CONCILE DE PIERRE : avec  Monica Bellucci, Catherine Deneuve, Moritz Bleibtreu

Laura Siprien se demande si elle n'est pas en train de perdre la raison.
Cauchemars et hallucinations la plongent depuis quelques semaines dans une angoisse incontrôlable.
Qui est vraiment son fils Liu-San ? D'ou vient-il ? Que signifie l'étrange marque apparue sur son torse ?
Quelques jours avant son septième anniversaire, l'enfant est enlevé. Persuadée de savoir où il a été emmené, Laura se jette à corps perdu dans un périple aux confins de l'étrange et du fantastique.

BABEL : avec Brad Pitt

En plein désert marocain, un coup de feu retentit. Il va déclencher toute une série d'événements qui impliqueront un couple de touristes américains au bord du naufrage, deux jeunes Marocains auteurs d'un crime accidentel, une nourrice qui voyage illégalement avec deux enfants américains, et une adolescente japonaise rebelle dont le père est recherché par la police à Tokyo. Séparés par leurs cultures et leurs modes de vie, chacun de ces quatre groupes de personnes va cependant connaître une même destinée d'isolement et de douleur...


Once Upon a Time...

Hors ligne

#10 19-12-2006 15:41:53

François
Archiviste
The Wise Man's Fear
Inscription : 21-08-2006
Messages : 14 145
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

King Kong (P. Jackson)
Je n'ai pas vu la version original, mais je n'ai pas vraiment apprécié celle-ci. Tout le film est une surenchère d'action et de moments désespérés qui s'enchaînenet sans qu'il n'y ait vraiment grand chose d'intéressant entre les deux. Certains passages, tels celui des diplodocus (surtout la fin de la scène), sont "trop gros". La façon dont ils se sortent des situtations sont elles aussi un peu exagérées.
Au niveau de la technique (couleurs, décors, bestioles, ...), on voit qu'ils maîtrisent le sujet, mais encore une fois, on finit par faire une overdose tellement c'est surchargé par moment (scènes des "araignées et autres insectes"). On dirait qu'ils ne voulaient pas choisir les bestioles qu'ils mettraient à l'écran, et qu'ils les ont toutes mises.
En bref, je me suis pas mal ennuyé.


at Tia : qu'as-tu pensé du Concile de Pierre ? Avais-tu lu le livre avant ? (cette discussion est là pour donner notre avis)

Hors ligne

#11 19-12-2006 16:11:13

Tia
Membre
Le Nom du Vent
Inscription : 07-12-2006
Messages : 5 137
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

Suppression


Once Upon a Time...

Hors ligne

#12 19-12-2006 18:26:14

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Ma critique de KK (initiales qui lui vont si bien...) de P.J., écrite juste après le visionnage du film  tongue :

Un seul mot prononcé par Adrien Brody lors de l'une des rares scenes d'émotion du film résume assez bien mon impression générale au sortir de la salle : "grotesque".
Car, oui, c'est bien le mot pour désigner les dialogues, les dinosaures, les incohérences en tel nombre que j'ai cessé de pousser des soupirs au bout de la 10eme, et heureusement parce que sinon j'aurais passé la quasi totalité du film à soupirer... Certes Kong est très bien réalisé visuellement. Certes les acteurs sont bons, même, je dois l'avouer, à ma plus grande surprise Jack Black, mais bon, avec un acteur du talent d'Adrien Brody on était en droit de s'attendre à du plus que bon!
Les dinosaures sont ideux, à des milliards d'années lumières de la beauté visuelle de ceux de Jurassic Park, qui pourtant à plus de 10ans... et en plus de ça, ils ne servent à rien, puisque ce bon vieux réalisateur cupide décide, plutot que de ramener un bon gros T-Rex, ou meme un assortiment de jolis dinosaures pour pouvoir recréer son propre Jurassic Park, de ramener... le gorille... eh oui...
Enfin, la réalisation, grotesque elle aussi. On va commencer à savoir que P.J. sait faire de jolis plans aériens, ça on l'avait déjà vu lors des longues scenes de course dans la plaine des SDA. Mais à part ça, le reste, c'est vraiment ridicule de banalité, sans parlé de son horrible et tant aimé effet brouillé avec ralentit : brrrrrrr atroce!
Pire, ce King Kong a perdu toute l'émotion des précédents. Là, on ne comprend meme pas pourquoi Jack et Ann tombent subitement amoureux (pauvre Jack, elle est vraiment trop conne Ann en plus "pourquoi voulez-vous écrire une pièce pour moi?" "c'est évident" "ah nan, je vois pas""c'est implicite""je vois vraiment pas"), on ne comprend pas non plus comment en 2 pauvres scenes Kong et Ann peuvent partager la moindre chose, et par conséquent, la scene finale en devient longue et grotesque (encore oui lol), et j'avoue ne pas avoir versé une seule larme contrairement à la version des années 70 qui me fesait fondre en larmes à coup sur.


Je ne suis pas allé voir le Concile de Pierre parce que ça me disait trop rien, pour la bonne raison qu'en tant que fan de J.C. Grangé j'avais lu le livre et qu'il est pour moi le moins bon de cet auteur, avec une fin totalement insipide.
Mais en effet Monica Bellucci avait l'air d'etre magnifiquement fragile dans ce film, comme l'est d'ailleurs son personnage que j'avais adoré dans le livre.


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#13 27-12-2006 21:06:05

Tia
Membre
Le Nom du Vent
Inscription : 07-12-2006
Messages : 5 137
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

MR. & MRS. SMITH - DIRECTOR'S CUT

John et Jane Smith mènent une vie de couple de banlieue tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Tous deux cachent cependant à l'autre sa véritable profession : tueur professionnel pour des organisations concurrentes. Le jour où ils se voient confier pour prochaine mission d'exécuter leur conjoint, la vérité éclate en même temps que l'affrontement...

Que dire à part que le duo Brad Pitt / Angélina Jolie est excellent ? Un film de détente qui joue très bien son rôle ! Moi qui suis une grande fan d'Angélina Jolie, je suis aux anges. Elle réalise avec brio une composition qui lui était rare, celle de l'humour ! Des scènes qui resteront en mémoire notamment celle de la fusillade dans la maison ou encore la scène finale dans le magasin style Ikéa.

Un trés bon film d'action. Le couple joue merveilleusement bien et le scénario est "parfait".


Once Upon a Time...

Hors ligne

#14 06-01-2007 00:59:36

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Liberty Heights de Barry Levinson

L'histoire sans prétention d'une famille juive dans un quartier juif de Baltimore, à une époque où tous commençaient à s'ouvrir aux différences ethniques.

Si le scénario peut se révéler parfois longuet, il n'en demeure pas moins un joli petit film qu'on prend plaisir à regarder, qui fait sourire parfois par ses anecdotes véridiques qui nous paraissent si désuètes au jour d'aujourd'hui, où pourtant le racisme est toujours d'actualité, mais où l'on se rend compte en voyant ce film de la nette évolution que le monde a parcouru depuis cette époque.

La caméra de Barry Levinson s'introduit avec brio jusqu'au coeur de cette famille, en saisissant toute l'attendrissante intimité, avant de suivre tour à tour chacun des membres de la famille dans sa quête de compréhension de ce nouveau monde qui s'offre à lui, mais aussi en quête d'acceptation par les membres d'une société aux idéaux encore trop étriqués.

Emouvante se révèle donc cette amitié entre le plus jeune fils et une jeune afro-américaine, amitié qui se mue peu à peu en amour, amour qui se heurtera aux interdits dressés par les parents des deux adolescents.

Sublime cet amour passionné qui nait entre le fils ainé et une jeune femme de bonne famille, hautaine et victime de sa fortune et de sa naïveté. Cet amour inaccessible qui se révèle finalement n'être qu'un rêve brisé par l'insolente vérité.

Et au milieu de tout ça, des acteurs justes, qui sans en faire trop rendent vivante cette famille d'un temps oublié.

Adrien Brody livre ici une interprétation toute en retenue qui nous change étrangement de ses rôles à l'intensité dramatique presque débordante. Timide, touchant, il est fragile et délicat à la fois, rendant son personnage plus vivant que nature, sans en faire trop, toujours en parfaite mesure.Il démontre une fois encore combien la cause de la persécution raciale envers les juifs lui tient à coeur, et de la plus belle des façon en rendant ce vibrant hommage à ces familles qui les premières ont tenté de s'intégrer dans une communauté qui ne voulait pas d'elle.

La dernière image du film offre d'ailleurs un joli pied de nez au racisme, avec ces trois jeunes, qui, faisant fit des interdits, prennent leur propre liberté en main et cloue magnifiquement le bec à ces blancs arrogants qui n'osent réagirent!



L'Affaire du Collier

Ou comment un scandale issu d'une immense machination a fait basculer le peuple français au bord de la révolte dans la révolution française.

Il n'y a qu'à voir le casting pour se rendre compte que le film était ambitieux : Hylarie Swank, Johnathan Pryce, Christpher Walken et Adrien Brody, rien que ça! Les costumes et les décors sont à la hauteur de ces ambitions : majestueux, offrant une parfaire reconstitution, des fastes de Versailles jusqu'aux rues étriquées du tout Paris.

Les acteurs sont tous excellent, Johnathan Pryce en tête dans son rôle de cardinal tout ce qu'il y a d'infecte. On se prend à adorer le détester, et à avoir envi de savoir s'il va arriver à se sortir du piège qui se referme lentement sur lui.
Hilary Swank manque légèrement de conviction, et offre souvent la même expression mais on lui pardonne car elle arrive à rester assez crédible dans le rôle de cette femme qu'on peut croire au début dévorée par la vengeance mais qui au fond cherche juste à récupérer ce qui lui a été si injustement volé.
Quand à Adrien Brody, malgré un tout petit rôle... eh bien que dire si ce n'est que cet acteur est une oeuvre d'art vivante! Il est pareil à ces tableaux qui n'éblouissent pas seulement pas la beauté et l'originalité du trait et des couleurs, mais bien pas l'âme profonde qui se dégage d'eux en flots tumulteux qui viennent bercer et toucher le coeur du spectateur. Son personnage, égoïste patenté, apporte la touche d'humour du film, et arrive pourtant à se montrer élégant et on prend même pitié de lui parfois.

Le seul point faible de ce film réside donc dans son scénario. Car bien que le film dure 2H, il aurait gagné à être encore plus long tant la rapidité ou l'absence de certaines explications rendent difficile la comprehension du spectateur. Le reste arrive toutefois à tenir en haleine jusqu'au bout.
Un film sous-estimé donc lors de sa sortie en salle, qui mérite l'intérêt.

Cost-Guards
Malgré la bande-annonce qui promettait beaucoup d'action, le film est essentiellement centré sur la formation de ces hommes prêt à risquer leur vie pour sauver celle d'hommes et de femmes en perdition dans des eaux où personne d'autre n'oserait s'aventurer.
"Pour que l'autre vive", telle est leur devise, et le film s'acharne à montrer combien la sélection est difficile pour se retrouver digne de pouvoir sauver des vies.
Et si on est légèrement déçu au début de ne pas voir plus de sauvetages spectaculaires comme celui présenté au début du film, on devient vite captivé par ce film aux allures de documentaires sur la formation des gardes côtes américains.
Quelques passages "émotion", obligatoire dans tout film américain il semblerait, viennent émailler le tout, rendant parfois bien longs certains 1/4 d'heure, mais on replonge vite dans le vif du sujet, pour un final bourré d'action et à la fin originale.
Ashton Kutcher et Kevin Costner sont excellents. malgré un sacré coup de vieux, Costner prouve qu'il est toujours un grand acteur et qu'on peut encore compter sur lui dans les films d'action. Kutcher continue de montrer son talent grandissant dans son jeu, ajoutant toujours plus à sa palette d'émotion, s'essayant à des rôles différents, et on voit la différence avec certains acteurs de sa génération qui se contentent de rôles faciles...
Un bon film donc, malgré des longueurs dérangeantes.

Hollywoodland

Après la mort de George Reeves, qui incarnait Superman à la télévision, la mère de celui-ci engage un enquêteur verreux pour déterminer les circonstances de ce drame. Suicide ou meurtre?

Dès la première image, la caméra experte d'Allan Coulter nous plonge dans ces années de la glorieuse Hollywood. Que ce soit lorsque l'on suit la vie compliquée de George Reeves au travers de filtres chatoyants, ou bien lorsque l'on suit l'enquête tortueuse de Louis Simo dans une atmosphère au teint terne et inquiétant, la réalisation toujours impeccable arrive à nous garder dans le film, imprimant une atmosphère bien particulière au film.

Le scénario très recherché nous permet non seulement de suivre pas à pas l'enquête, mais aussi de nous faire notre propre idée sur l'affaire.

De plus, l'habile montage alternant savament les flashback mettant en scene Reeves et le présent avec l'enquête de Louis Simo, permet de garder un rythme soutenu tout au long du film qui ne laisse aucune place à l'ennui.

L'interprétation de Ben Affleck est totalement remarquable, loin des rôles ternes où il nous avait habitué. Il mérite amplement son prix à Venise de meilleur rôle masculin. Il personnifie vraiment à la perfection George, dans ses doutes, ses joies, ses peines, ses colères et son ambition. Les interprétation de Diane Lane et de Ben Hopkins sont tout aussi réussies, ajoutant à la réussite du film.
Quand à Adrien Brody, même s'il ne livre pas là l'une de ses meilleures interprétations (mais comment humainement dépasser ce qu'il nous a offert dans Le Pianiste???), il livre encore là une performance tout à fait exquise, renouvelant totalement le personnage pourtant vu et revu du détective privé. Sa gestuelle, sa façon de s'exprimer, tout est savement calculé pour nous faire totalement oublier l'acteur et qu'on ne voit que le personnage vraiment interessant car qui évolue tout au long du film. Mais c'est dans les scènes montrant la vie privée du détective que Brody fait vraiment l'étalage de tout son talent. Quand la caméra accroche son regard douloureux, il est si boulversant qu'on a presque l'impression de pouvoir voir son âme au fond de ses grands yeux verts : à couper le souffle.

Encore un très bon film pour Brody donc qui prouve après la daube monumentale KK et l'ennuyeux et insipide The Village qu'il sait encore choisir ses scénarios.


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#15 18-01-2007 15:00:22

François
Archiviste
The Wise Man's Fear
Inscription : 21-08-2006
Messages : 14 145
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

The illusionist
Dernier film avec Edward Norton, que je me devais donc de voir. L'histoire est vraiment sympathique et les acteurs masculins principaux bien en accord avec leur personnage. Je n'ai pas trop apprécié le jeu de Jessica Biel, de même pour les acteurs jouant Eduard et Sophie jeunes.
L'explication finale m'a semblé un peu juste, et je ne l'ai pas tout à fait comprise, la limite entre l'illusion et le paranormal étant assez fine dans ces moments là. La façon dont l'histoire est montée, afin de faire durer le suspense, en est lui aussi responsable.
Le montage des premières minutes est lui aussi un peu bizarre, comme si on avait affaire à quelqu'un racontant l'histoire (ce qui doit être le cas, mais là encore je suis dans le flou). Les couleurs de l'image ne sont pas sans rappeler celle de "Orgueil et préjugés", toutes dans les jaunes-orangées, ce qui donne une image assez spéciale, mais pas gênante. Les transitions font elles par contre un peu "vieux" (genre cartoon, le cercle noir qui se rapetisse).
Superbe film malgré ces quelques détails.


Quatre étoiles
Les trois acteur principaux (Isabelle Carré, José Garcia et François Cluzet) sont tout simplement magnifique dans cette comédie, dans laquelle on ne s'ennuie pas une seconde. Ces trois personnages (Isabelle, la belle ingénue, pas si naïve que cela, José, l'escroc un peu excentrique,et François, le riche ancien coureur automobile, un peu timide, coincé et tatillon, qui se révèle peu à peu) sont réellement hauts en couleurs, et c'est un plaisir que de suivre leurs péripéties tout au long du film.

Ultraviolet
Ayant vu et adoré "Equilibirum" de Kurt Wimmer, j'ai voulu voir cet autre film de lui. Mal m'en à pris, parce que je ne l'ai pas du tout aimé. Je ne connais pas le comics dont il est tiré, mais le film est un enchaînement de scène d'actions, avec un semblant d'histoire au milieu, que je trouve être là comme un scénario au milieu d'un jeu d'action bourrin : pour tenter d'offrir un autre intérêt que l'action, ce qu'il n'arrive pas à faire.
De plus, de grandes zones d'ombres persistent à la fin du film, comme la technique employée par Violette au début, ou encore ses fringues qui changent de couleurs. Le passage du comics au film supprime une grande partie de son univers, ce qui doit en être la cause.

Je ne saurais me mettre au niveau d'Ophidia pour exprimer mes impressions et pour décortiquer un film. Tu devrais faire critique plus tard.

Hors ligne

#16 18-01-2007 15:50:18

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Jacquou le Croquant :

Je le conseille à tout le monde.

Je tiens à préciser avant d'aller plus loin que je n'ai ni lu le livre, ni vu la série éponyme.

Ceci étant dit, dès la première image du film, on est dedans. L'atmosphère, l'époque, la chaleur des images, les costumes et les décors, tout colle à la perfection pour donner au final une splendide reconstitution historique.
La musique et la réalisation de Boutonnat sont dignes des grandes productions américaines, magnifiques. Les thèmes musicaux reviennent à point nommé sur certaines scènes clés et permettent de faire le trait d'union entre les moments forts.

Le scénario et le montage ne laissent aucun temps mort, et, si certaines scènes peuvent paraître légèrement trop longue, leur importance se trouve justifiée par la suite. Car ici tout est savament calculé pour que non seulement le spectateur comprennent parfaitement les motivations du personnage principal, mais aussi ses peurs et ses démons.

Les acteurs sont tous étonnant de perfection, à commencer par le petit Léo dans le rôle de Jacquou enfant qui transperce l'écran de son regard haineux tout en étant incroyablement touchant dans les scènes d'émotion.
Gaspard Ulliel distille son charme à tout va, parfois joliement timide et tendre, parfois aveugle de vengeance, il trouve toujours la juste mesure. Mais la palme revient tout de même à Jocelyn Quivrin, époustoufflant en Comte de Nansac, THE grand méchant, un rôle à contre emploi donc, où il montre toute l'ampleur de son immense talent d'acteur.

Bref, avec ce film, le cinéma français n'a plus à avoir honte de ses grosses productions, car celle-ci n'a vraiment rien à envier aux blockbusters américains!


L'illusioniste :

L'illusion est au coeur de ce film, comme son l'indique, et va jusqu'à tromper le spectateur avec son synopsis et sa bande-annonce!

Car si ces deux outils nous laissaient envisager un film portant avant tout sur la politique de l'Autriche et une grande histoire d'amour sur fond de magie, à la fin du visionnage on ne sait pas vraiment ce qu'on vient de voir, le scénario et le montage étant plat et confus.

Si le film est plaisant à voir, la fin évente totalement ce plaisir, mimant de façon on ne peut plus ratée une fin coup de poing, mais qui finalement ne parvient pas à eveiller le moindre soupçon d'intérêt, tant on se dit que ça aurait mille fois mieux sans cette fin baclée, si l'histoire avait vraiment été ce qu'on pensait qu'elle était. Car avec cette fin, le film se révèle presque inutile. On se dit "tout ça pour ça???", et on a l'impression, comme le public du fabuleux illusioniste, de s'être fait duper.

Reste toutefois les interprétations remarquables d'Edward Norton et Paul Giamatti. Si le registre sentimentalo-surnaturel n'est pas ce que Norton aura fait de mieux, il arrive à conserver cette part de charisme qui fait toute la différence, qui apporte à son personnage cette aura démesurée qui donne une dimension tout autre au personnage. Giamatti est excellent en inspecteur surpassé et par son manque de connaissances et par son ambition. Son personnage sera celui qui évoluera le plus tout au long du film.
Deception comme toujours en ce qui concerne Jessica Biel, toujours aussi fade, et d'autant plus face à Norton qui occupe tout l'espace avec son charme ténébreux et la rend inexistante.

Un film qui aurait pu etre un chef d'oeuvre, mais qui ne se révèle donc au final qu'un bon divertissement, et ce en grande partie grâce à la nouvelle performance hors du commun de Norton.

Mon Meilleur Ami

Un film qui s'annonçait dès la bande-annonce comme le bon prototype du film français, avec de plus une histoire au combien déjà vu : celle du pari idiot.
Pourtant, grâce à ses personnages et ses interprêtes, on rit, on sourit, on réfléchit sur la vie et ses amis, et on sort de la salle en se disant qu'il faut absolument qu'on appelle ses amis pour savoir s'ils vont bien.

Auteuil est excellent comme toujours, mais le plus étonnant est ici Dany Boon, terriblement touchant et juste dans son rôle à la "Pignon".

Un film qui se savoure comme une friandise donc et qui fond dans vos rétines encore longtemps après le visionnage.

Apocalypto

Avec la Passion du Christ, Gibson avait prouvé qu'il était tout indiqué pour réaliser les grandes fresques des temps anciens.

En racontant l'histoire peu commune de ce jeune maya destiné au sacrifice, il récidive dans l'exploit de faire avaler au spectateur un film d'une durée fleuve où il n'a pas l'air de se passer grand chose et où pourtant on se s'ennuit pas une seconde.

Car l'intérêt du film réside en premier lieu dans la découverte de cette culture oubliée, de cette civilisation qui s'est éteinte si brusquement après avoir pourtant atteint les sommets.

Au milieu du déluge d'images façon documentaire, des messages très actuels sur l'écologie et la mondialisation transparaissent.

Le partit prit de l'auteur de laisser les dialogues en langue originale rend le film d'autant plus authentique.

Dommage que la fin soit si baclée.

L'incroyable Destin de Harold Crick

L'histoire étonnante d'un homme qui se rend compte qu'il est le héros d'un livre écrit en Live par une romancière à succès qui a la facheuse manie de tuer ses personnages à la fin de tous ses romans...

L'idée de départ était on ne peut plus ingénieuse! Dans la veine d'Eternal Sunshine, l'originalité était là, il ne manquait plus que l'histoire et les acteurs pour en faire un nouveau petit bijou du cinéma.

Et si les interprêtes sont irréprochable, Will Ferrell en tête dans un rôle totalement à contre emploi, l'histoire se révèle un peu fade et convenu. On manque de surprise, et si on prend plaisir à voir ce film, il s'efface presque aussitot passé la porte de sortie de notre mémoire. Dommage.

Madame Irma

Encore une comédie potache, au scénario qui tient en une page, et convenue de bout en bout.
Et pourtant, étrangement, ça marche. On se laisse entraîner du début à la fin dans l'histoire, on rit, on sourit, et on passe un bon moment.
Et à vrai dire on se rend compte qu'on n'en attendait pas plus de ce film.

The Holiday


La comédie sentimentale de Noël!

L'histoire est on ne peut plus banale et téléphonée : deux femmes découragées par une rupture amoureuse (dont l'une le prototype parfait de Brigjet Jones!) décident d'échanger leurs maisons le temps des vacances. Là, elles rencontrent chacune l'amour innaccessible.

Je n'ai pas besoin de vous en dire plus pour que vous compreniez et deviniez la suite...

Pourtant, l'histoire offre son lot de surprise car elle sort à plusieurs reprises des sentiers battus pour toucher le spectateur en plein coeur.

La dose d'humour est au rendez-vous avec Cameron Diaz alors que la dose de bons sentiments est assurée par Kate Winslet. Toutes deux sont à leur place, sans percer l'écran toutefois.

La grosse surprise du film est donc réservée au casting masculin. Entre Jack Black étonnement émouvant et juste qui prouve après King Kong qu'il peut faire autre chose de l'humour de bas étages. Et Jude Law, touchant aux larmes, incroyablement crédible, dans un rôle où on ne le connaissait pas, celui d'un personnage sensible, mais à la fois blessée au plus profond de lui même. ET d'une beauté à faire se damner un ange...

Un superbe film donc qui montre toutes les beautés de l'amour, quand on a trouvé le vrai, et toutes les blessures de ce même amour quand celui-ci n'est qu'illusion.

Une grande année

On connaissait le Ridley Scott de Gladiator ou encore Kingdom of Heaven, l'expert en fresques historiques coup de poings.
C'est donc avec étonnement qu'on le retrouve ici à la baguette de cette histoire romantico-moralisatrice.

L'histoire est simple mais plaisante, la réalisation toujours aussi soignée et efficace, le montage sans temps morts.
Le contraste entre la vie terne du héros à Londres et ses "vacances" colorées dans le sud de la France est magnifiquement rendu par une photographie sublime.

Les acteurs sont tous excellents, du toujours très charismatique Russell Crowe, au prodige Freddie Highmore en passant par l'étoile montante Marion Cotillard (il est loin le temps de Taxi!!! et c'est tant mieux!) ou encore un étonnant Didier Bourdon en vigneron ronchon, ou encore le toujours fantasque Tom Hollander (alias Lord Cutler Beckett dans Pirates des Caraïbes 2!!!!).

Un très joli film doc, à voir et à revoir!


P.S. : François arrête, tu vas arriver à me faire choper la couleur de mon uniforme embaras04 voilà t'as gagné!
Je ne trouve pas que mes "critiques" soit meilleures que les votres, et je suis loin d'avoir les qualités requises pour être critique  tongue j'essaie juste de donner mon avis de la façon la plus profitable pour tout le monde, pour que ça serve à quelque chose plutot que les trop fréquents "ce film est trooooooooooooooooop génial" ou "ce film est une grosse merde, et puis l'acteur je l'aime po" lol


EDIT : A propos du topic sur Johnny Depp : ah Gilbert Grape, un super film avec un étonnant DiCaprio. Je trouve même, et vu ma passion pour Johnny c'est dire!, qu'il éclipse Johnny dans ce film tant il est boulversant de réalisme.

Mais l'histoire d'amour la plus poignante que j'ai vu dans les films de Johnny, je dirais que c'est Benny and Joon, magnifique!


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#17 19-01-2007 17:08:16

François
Archiviste
The Wise Man's Fear
Inscription : 21-08-2006
Messages : 14 145
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an6 mois
Site Web

Re : Les films que vous voyez

C'est vrai que Di Caprio est grandiose dans Gilbert Grape. Son interprétation du jeune autiste est vraiment émouvante et magnifique. Et le personne de Becky (Juliette Lewis) est étrange et attachant à la fois.

Pour Benny & Joon, le rôle de Johnny est magnifiquement interprété, et que dire de cette histoire d'amour entre ces deux personnes vivants chacune dans leur réalité.
J'ai adoré le coup des croque-monsieur avec le fer à repasser, et l'explication d'une bonne utilisation du fer, à la fin. tongue

Deux films que j'ai découvert parce que je cherchais des films avec Mr Depp

Hors ligne

#18 23-01-2007 23:11:18

Sorcier à mi-temps
Membre
Inscription : 20-01-2007
Messages : 49
1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

Eragon

je ne vais pas trop spoiler le film, mais c'est une histoire de fantasy, dans un monde médiéval fantastique, une histoire de guerre, de traitres, de sorcier et de Dragons.
Alléchant non ?

Et bien le sentiment qui domine après avoir vu le film est déception (je précise que je n'ai pas lu les romans éponymes)
Le film est trop court, à peine 90 minutes, et surtout très très mal réalisé. Le scripte est horrible, les séquences s'enchaînent mal, tout va trop vite.
Si vous espériez voir un erzatz du seigneur des anneaux..et bien c'en est un, mais vraiment mauvais. Pourtant avec John Malkovitch dans le rôle du méchant, Jeremy Irons dans le rôle du vieux maître..il y avait de quoi faire....
Le meilleur acteur de ce film est le dragon, la voix est magnifique (en VO), et les trucages sont bien fait...mais il manque beaucoup trop de choses à ce film, à tel point qu'on est même pas ému quand des personnages importants disparaissent. Je n'ai été à aucun moment "transporté par le film....

Voilà smile

Hors ligne

#19 24-01-2007 02:12:22

bricofoy
Guide forestier
Lieu : ria (66)
Inscription : 21-08-2006
Messages : 1 253
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Moi je viens tout juste de voir 'La guerre des monde" de spielberg.......

Ben je sais pas, je suis pas du tout entré dans le film, qui fini en plus en queue de poisson avec une super morale à deux balles, les effets spéciaux sont... moyens, disons, on a aucunes explications sur rien.... bref, bof bof.

Hors ligne

#20 24-01-2007 10:58:03

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

En fait beaucoup reprochent cette fin débile à Spielberg, mais il faut savoir que pour une fois il n'a fait que respecter la fin du livre!

Personnellement, la première partie de ce film, notamment quand les tripodes sortent de terre et attaquent la ville, est l'un des moment les plus forts que j'ai vécu au cinéma. Comme quoi il n'est point besoin de voir des rivières d'hémoglobines pour etre choquée jusqu'aux tréfonds de mon âme. J'en tremblais sur mon fauteuil tellement la scène était forte et boulversante.

Malheureusement il est vrai que la seconde partie du film a un peu gachée mon plaisir, trop lente, trop convenue, trop pas crédible (notamment pour le fils ainé).

ça reste tout de même superbement réalisé et la musique de Williams toujours au zenith de son art.


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#21 24-01-2007 11:24:05

bricofoy
Guide forestier
Lieu : ria (66)
Inscription : 21-08-2006
Messages : 1 253
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

ha ouais, j'avais oublié ça, le fils arrivé sain et sauf à Boston avant lui, complètement n'imp lol

c'est vrai que la sortie des tripode et le moment où ils commencent à désintégrer les gens, ça secoue. Mais alors déjà là, c'est à moitié débile : il se passe un sale truc sous terre, tout le monde reste là et regarde, comme si c'était un simple combat de fournis.... et quand ça sort, encore pire, ils s'écartent à peine... et tout le reste est à l'avenant  roll

Hors ligne

#22 15-02-2007 16:27:26

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

J'ai vu recemment pas mal de film, je vais parler des derniers, je n'ai pas le temps de les critiquer convenablement, mais voivi quelques impressions :

-Taxi 4 : vu hier en avant première. Certainement le pire de la quadralogie... Ils ont oublié le scénario et les cascades pour le transformer en clownerie à deux francs six sous dont certains gags sont tellement énormes qu'ils ne font meme plsu rire. Aucune surprise, aucune inovation, néant...
Et le pire, c'est que malgré tout ça, on passe bizarrement un bon moment... hmm

-La Nuit au musée : vu ce week-end au format IMAX DMR dont magnifique au niveau visuel. Très beaux effets spéciaux, bon divertissement, sans temps morts. Mais aucune surprise, un scénario beaucoup trop convenu et un Ben Stiller qui fait le Ben Stiller ni plus ni moins... Un bon moment, mais un film oublié une fois la porte de sortie passée.

-Hannibal Rising : en tant que grande fan de la série de livre de Thommas Harris, mais aussi des trois précédents films (n'ayant pas vu Le Sixieme Sens), j'attendais beaucoup de ce film, mais aussi beaucoup de Gaspard Ulliel qui reprenait le rôle tant adoré d'Hannibal le Cannibal. Eh bien aucune déception de ce côté-ci. Ulliel est étonnement à la hauteur du personnage et n'a pas à rougir de sa prestation qui donne le frisson.
La réalisation est magnifique, avec une photographie très réussie.
Un très bon film donc, qui malheureusement se classe dernier de cette quadralogie par un scénario très en deça des précédents et un peu trop facile. Et surtout, donner une justification aux actes du cannibal démystifie le personnage, qui, du coup, malgré la performance d'Ulliel, perd de son charisme et de son magnétisme. Dommage...

-La Môme :

Un très grand film français sur l'une des plus grandes artistes française de tous les temps, porté par la prestation éblouissante d'une Marion Cotillard qui est décidement bien loin de ses débuts dans Taxi!
Le film retrace la vie de Piaf de son enfance jusqu'à sa mort, ne cachant rien, étalant la vie difficile et parcouru d'épreuves et d'excès de l'artiste. Le montage qui mêle habilement les différentes étapes déterminante de cette vie est parfois quelque peu confu, même s'il permet au rythme de ne pas faiblir. Car la réalisation de Dahan, même si très soignée, avec une photographie magnifique, empèse le film, et le rend un peu creux et pénible par moment. Mais heureusement la performance de Cottillard rattrape le tout.
N'étant ni fan, ni connaisseuse de la carrière de la chanteuse, je n'ai fait que beaucoup apprécier ce film. Mais je pense que les fans y trouveront un véritable monument à la mémoire de leur idôle, et un petit bijou du cinéma français.


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#23 26-02-2007 01:20:14

Babsy
Moustique albinos
Inscription : 29-01-2007
Messages : 909
1 an6 mois

Re : Les films que vous voyez

La Môme :

Je ne suis pas specialement fan non plus... mais je sors de la séance de ciné, et ce film m'a completement boulversée. C'etait tout simplement magnifique. Je n'ai pas arrêté de pleurer du debut jusqu'a la fin. Que ce soit triste gay ou tout simplement émouvant.
C'est la premiere fois qu'un film me touche autant...  coeur


Volons volons... volons vers d'autres horizons !

Hors ligne

#24 26-02-2007 14:54:53

Ophidia
Mord-Sith
Lieu : in a galaxy far far away
Inscription : 23-08-2006
Messages : 3 059
1 an1 an
Site Web

Re : Les films que vous voyez

Ghost Rider

Une daube...
Enfin pas tout à fait. Car Nicolas Cage a le géni de sortir ce film de la fange dans laquelle il se vautre allègrement.
En effet, les scène où Cage est "normal" si je puis dire, sont acceptables, interessantes, marrantes parfois.
Par contre, quand il se transforme en Rider... au secours! Effets spéciaux ratés, scénario éclair, humour niais... rien pour rattraper le reste...
Et ces démons qui se font détruire en trois secondes chrono... même le gros méchant vilain pas beau (enfin si, très beau visuellement justement, et qui aurait pu etre un méchant culte si pas si niais...) se fait avoir comme un bleu.
En résumé, un film pop corn à voir à la maison, à une soirée entre potes, mais certainement pas au ciné...

Danse avec lui

Enfin un film sur les chevaux magnifique et poétique, qui comprend vraiment le sentiment équestre tel que je le perçois.
Certe la réalisation n'est pas terrible, le scénario est convenu, mais cette relation de l'homme au cheval, ce lien si étrange que tout cavalier ne saurait décrire, ce film le saisit admirablement bien.
C'est beau, les chevaux sont magnifiquement filmés, on ne s'ennui pas.
ça donne envie de monter à cheval, mais surtout de trouver au plus vite un pré pour prendre le temps d'observer cette merveille de la nature, appelée à juste titre la plus noble conquête le l'homme  smile
Même mathilde Seigner dont je ne suis pas fan s'en sort très bien, et a même réussi à me toucher.


Le bonheur n'est réel que s'il est partagé

Hors ligne

#25 01-03-2007 21:16:45

Tia
Membre
Le Nom du Vent
Inscription : 07-12-2006
Messages : 5 137
1 an1 an1 an1 an1 an1 an1 an

Re : Les films que vous voyez

a écrit :

La Nuit au musée : vu ce week-end au format IMAX DMR dont magnifique au niveau visuel. Très beaux effets spéciaux, bon divertissement, sans temps morts. Mais aucune surprise, un scénario beaucoup trop convenu et un Ben Stiller qui fait le Ben Stiller ni plus ni moins... Un bon moment, mais un film oublié une fois la porte de sortie passée.

Je l'ai vu aujourd'hui...j'ai adoré un film pas prise de tête qui fait rire

Bref un vrai souffle d'air frai meme si le scénario n'a pas la prétention d'être une boîte à surprise lol


Once Upon a Time...

Hors ligne

Pied de page des forums

Accès aux sites :     WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson
Accès aux forums : WebFantasy | Terry Goodkind | Patrick Rothfuss | Brandon Sanderson
Accès direct au blog : Legend of the Seeker

Propulsé par FluxBB
Adapté pour WebFantasy.fr

[ Générées en 0.134 secondes, 12 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 1017.54 Kio (pic d'utilisation : 1.09 Mio) ]